10 ans après la Déclaration de Berlin : le Centre appelle au dialogue et au respect

7 Novembre 2014
Domaine d'action: Vie en société
Critère de discrimination: Convictions religieuses ou philosophiques

9 novembre : Journée internationale de lutte contre le fascisme et l’antisémitisme

Le samedi 24 mai 2014, la fusillade au Musée Juif de Belgique a fait quatre victimes. Les messages d’indignation et de tristesse ont afflué de toutes parts. Pendant l’été 2014, parallèlement à l’escalade de violence au Moyen-Orient, le Centre interfédéral pour l’égalité des chances a enregistré des situations de discriminations à l’égard des juifs et appelé à plusieurs reprises au dialogue et au respect.

Dix ans après la Déclaration de Berlin signée par les États membres de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour la mobilisation contre la résurgence de l’antisémitisme en Europe, les discours de haine, les actes de haine à caractère antisémite restent une réalité. Le Centre observe également un changement dans la nature des faits qui se sont traduits par des cas de discrimination directe à l’égard de juifs.

Le Centre souligne que les discours et les actes de haine touchent profondément l’ensemble de la société et appelle au respect et à la responsabilité de chacun. Patrick Charlier, directeur adjoint du Centre, précise qu’ « un délit de haine est non seulement particulièrement traumatisant pour la victime et son entourage, mais il engendre également un sentiment de peur et d’insécurité au sein du groupe auquel appartient la victime ; ce type d’acte constitue un réel danger pour la démocratie et la société dans son ensemble. La société ne peut accepter que quiconque soit victime de violences, de harcèlement ou pire encore en raison de ce qui fait son identité. »

Le Centre salue les initiatives communes comme l’appel adressé le 18 juillet au Parlement par des représentants des communautés juives et musulmanes de Belgique « au maintien des relations respectueuses entre toutes les personnes de toutes les communautés religieuses et philosophiques du pays ».

Patrick Charlier souligne « Le Centre interfédéral pour l’égalité des chances soutient et encourage ce type de message et invite toutes les parties et tous les représentants de l’autorité dans notre pays à continuer à le répéter, pour que le dixième anniversaire de la Déclaration de Berlin soit marqué par un esprit de dialogue et de réconciliation ».

Articles comparables

16 Mars 2021

Les ex-adeptes d’une religion ne peuvent être exclu·e·s ou rejeté·e·s, estime un juge en vertu de la loi antidiscrimination

Une communauté religieuse ne devrait jamais soumettre ses membres apostats à une « politique d'exclusion », qui a souvent des conséquences néfastes sur les liens familiaux des personnes concernées. Dans ce contexte, le tribunal de première instance de Gand a condamné aujourd'hui l'asbl Congrégation Chrétienne des Témoins de Jéhovah à une amende de 96 000 euros pour incitation à la discrimination et à la haine à l'encontre d'anciens adeptes.