Condamnation anti-semitisme

2 Mars 2007
Domaine d'action: Vie en société
Critère de discrimination: Racisme

La sympathie pour un peuple n’est pas un passeport pour le racisme.

Le tribunal correctionnel d’Hasselt a condamné aujourd’hui un homme, qui lors du match de pré-qualification entre la Belgique et Israël pour le championnat d’Europe de football en salle avait incité à la haine contre les Juifs, à une peine de 100 heures de travail ou à une peine d’emprisonnement subsidiaire de sept mois. Le Centre s’est vu attribuer comme partie civile dans cette affaire 1 € pour le dommage moral subi.

Le 28 janvier 2004 s’était déroulé dans la halle des sports Alverberg à Hasselt un match de pré-qualification entre la Belgique et Israël pour le championnat européen de football en salle de 2005. La plupart des joueurs de l’équipe nationale belge étaient d’origine marocaine, ce qui expliquait la présence d’un grand nombre de supporteurs « allochtones ». Peu après le début du match, un des supporteurs s’est levé et a commencé à agiter un drapeau du Hamas. Il a ensuite lancé des menaces en langue arabe vers les joueurs de l’équipe israélienne : « mort aux Juifs, Heil Hitler, Hezbollah, Hamas, Jihad, mort à Sharon, Hamas, tous les Juifs au gaz,… ». Il fit ensuite un geste de la main par lequel il signifiait clairement qu’il souhaitait leur couper le cou et excitait les autres supporteurs. Des crachats ont été lancés contre quelques joueurs israéliens et le match a dû être interrompu.

L’agitateur a déclaré ultérieurement qu’il n’entrait pas dans son intention d’inciter les autres supporteurs à l’antisémitisme, mais qu’il voulait uniquement exprimer auprès des joueurs israéliens sa sympathie pour le peuple palestinien. L’enquête et les images –caméra ont cependant démontré qu’en agitant des drapeaux et en criant des slogans racistes l’auteur de ces faits voulait de manière préalable et organisée inciter les autres supporteurs à l’antisémitisme.

Le Centre condamne toute incitation à la haine entre groupes de population et a dès lors, conjointement avec le Forum voor Joodse Organisaties (FJO) déposé une plainte simple. La Ville d’Hasselt s’est immédiatement constituée partie civile. L’enquête a surtout mis en évidence l’attitude d’un supporteur qui a excité les personnes présentes et le fait que celui-ci ne voulait pas uniquement critiquer la politique du gouvernement israélien ou dénoncer certaines situations scandaleuses, mais qu’il voulait abuser de la solidarité culturelle et religieuse au sein de la communauté arabo-musulmane en faveur du peuple palestinien pour inciter à l’antisémitisme ou à la violence vis-à-vis des Juifs en général (art. 1er de la loi antiraciste).

En octobre 2001, l’appel pour un respect mutuel a été lancé par le Centre suite aux attaques du 11 septembre. Nous estimons que cet appel est aujourd’hui plus actuel que jamais. La solidarité, la sympathie ou les affinités que l’on entretient avec une des parties dans un conflit international, ne peuvent pas justifier en Belgique des actes ou des expressions blâmables à l’encontre de quelque groupe de population (ou de certains de ses membres) que ce soit.

Nous renvoyons également à la campagne ‘Hang de Aap niet uit’ du Centre et à l’initiative du Ministre de l’Intérieur, Patrick dewael, en vue de réactions plus énergiques contre le racisme dans les stades de football.

Nous sommes heureux de constater que tous les partenaires sur le terrain prennent leurs responsabilités afin que le racisme disparaisse des stades.

Articles comparables

18 Janvier 2021

L’action de jeunes en rollers dans le quartier juif d’Anvers est inadmissible

Deux jeunes Anversois d'origine palestinienne ont tout récemment fait le tour du quartier juif d'Anvers en rollers, en arborant un drapeau palestinien. Ils ont ciblé des Juifs de manière individuelle et ont publié une vidéo de leur action sur YouTube. Cet événement a provoqué beaucoup d'émoi dans la communauté juive d'Anvers. Unia a reçu plusieurs signalements se rapportant à cet événement.