Sept ans ferme pour une tentative de meurtre à Couvin

7 Novembre 2018
Domaine d'action: Vie en société
Critère de discrimination: Racisme

Le tribunal correctionnel de Dinant a condamné une personne à 7 ans de prison ferme. Un homme avait donné des coups de poing, de pied et de couteau à un demandeur d’asile afghan. Selon le juge, il s’agit d’un crime de haine raciste. Unia s’était constitué partie civile.

Les faits remontent à l’été 2016. Un demandeur d’asile afghan circulait à vélo dans le centre-ville de Couvin. Il a été arrêté par un individu qui lui a donné des coups de poing et de pied. Des témoignages font état de propos racistes. Le demandeur d’asile a réussi à s’enfuir mais est retourné sur les lieux de l’agression pour y récupérer des affaires personnelles, égarées dans la précipitation. Sous l’influence de l’alcool, l’agresseur lui a alors assené des coups de couteau. La victime a survécu à ses blessures mais conserve néanmoins des séquelles psychologiques importantes de cette agression.

"Le sentiment anti-immigration sert de toile de fond à cette agression. Il a pu se traduire ici en violence physique. En reconnaissant le caractère raciste de cette agression, cette condamnation envoie un message important pour enrayer le climat négatif à l’égard des demandeurs d’asile. La victime séjournait en effet dans un centre d’accueil pour demandeurs d’asile qui faisait l’objet d’une certaine hostilité de la population locale. Cette agression est le reflet malheureux de cette hostilité", réagit Unia qui s’était porté partie civile dans cette affaire.

Le juge a condamné l’auteur à 7 ans de prison pour tentative de meurtre et coups et blessures volontaires. Il a retenu comme circonstance aggravante que l’un des mobiles de cette agression était la haine, le mépris ou l’hostilité à l’égard de la victime en raison de son origine nationale ou ethnique. Le juge a également retenu que l’auteur fait partie d’une bande de jeunes qui n’accepte pas la présence des demandeurs d’asile à Couvin, qui les provoquent et les insultent.

Un autre homme était également poursuivi pour avoir donné un coup au visage de la victime avec un sac rempli de canettes de bière. Il a quant à lui été condamné pour des coups et blessures volontaires mais sans que le mobile raciste ne soit retenu.

Articles comparables

8 Octobre 2018

Une fonctionnaire européenne victime de propos antisémites avant d’être frappée: l’agresseur condamné

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a donné raison à Unia et à une fonctionnaire européenne qui avait été victime de propos antisémites et de coups et blessures avec circonstance aggravante. “Le juge a qualifié les faits de graves et inadmissibles”, précise Patrick Charlier, directeur d’Unia, qui s’inquiète des agressions verbales et menaces à l’égard des Juifs de Belgique.