Un employeur condamné pour avoir licencié une salariée atteinte d’un cancer

21 Décembre 2016
Domaine d'action: Emploi
Critère de discrimination: Handicap

C’est devant les tribunaux qu’Unia a contesté la décision d’un employeur d’avoir licencié, il y a deux ans, une salariée atteinte d’un cancer. Le tribunal du travail de Gand a condamné l'employeur à verser une indemnité de 22.000 euros.

C’est encore souvent méconnu mais le critère de l’état de santé est un des critères protégés par la loi antidiscrimination, ce qui protège de facto les malades de longue durée. Par conséquent, être atteint d’un cancer ne peut justifier la résiliation d’un contrat de travail.

L’employée aux côtés de laquelle Unia a décidé d’aller en justice, travaillait depuis plusieurs années déjà chez cet employeur, avant d’apprendre qu’elle était atteinte d’un cancer. Son patron a alors décidé de s’en séparer en raison de sa longue période d’absence qui mettait, selon la lettre de licenciement envoyée, la "continuité du service en péril".

C’est alors qu’Unia a décidé d’ouvrir un dossier et d’engager une première tentative de solution négociée mais sans résultat. Ce qui a amené l’ex-employée, avec Unia, à engager une procédure devant les tribunaux. « Et nous sommes donc satisfaits de voir que le tribunal a reconnu  qu’il existait bien une discrimination fondée sur l’état de santé », indique Patrick Charlier, directeur d’Unia. « Le choix de licencier quelqu'un est une décision grave. L'employeur doit prouver que le licenciement est nécessaire, en tenant compte du contexte de l'entreprise, et il doit aussi prouver qu'il n'y avait pas d'alternatives. »

Unia note que les employeurs aujourd'hui sont de plus en plus prompts à licencier une personne indisponible pour cause de maladie, au lieu d’examiner soigneusement la façon dont la personne peut continuer à travailler.

Articles comparables

1 Juillet 2021

Gand réalise ses premiers tests de discrimination à l’emploi et ne compte pas s’arrêter là

L’âge et la surdité peuvent sensiblement influencer les chances de décrocher un emploi. C’est ce que confirment les récents résultats de tests de situation réalisés sur le marché du travail à Gand. Ils rejoignent les observations d’Unia dans le cadre de ses signalements et dossiers, et démontrent l’utilité de ces tests. Ils illustrent également le rôle des autorités locales dans la lutte contre la discrimination et pour un marché du travail plus inclusif.  

16 Novembre 2020

Un juge confirme le cumul de dommages et intérêts en cas de discrimination multiple

Le 29 septembre 2020, le tribunal du travail d'Anvers a rendu un jugement (interlocutoire) très important dans une affaire de discrimination multiple. Elle concernait une femme sourde victime de discrimination sur le marché du travail. Le juge a conclu à l’existence de trois discriminations et a confirmé que si plusieurs discriminations sont constatées, les dommages et intérêts doivent être cumulés.  Ce résultat a été obtenu en collaboration avec les collègues de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes (IEFH).