Tribunal du travail de Wavre, 8 octobre 2019

8 Octobre 2019
Domaine d'action: Emploi
Critère de discrimination: Autres critères
Arrondissement judiciaire: Brabant wallon
Juridiction: Tribunal du travail

Un mécanicien travaille depuis 3 ans auprès d’une chaîne de garages, lorsqu’il est licencié en septembre 2016. Son C4 indique: "le facteur de Bradford* est plus élévé que le double de la moyenne". Plus tard, l’employeur affirmera que ces absences trop nombreuses ont eu un impact sur l’organisation et l’image qualitative de la société, ainsi que sur la motivation de ses collègues. En l’absence d’accord entre l’employeur, Unia et les syndicats, l’affaire est portée devant le tribunal.

Tribunal du travail de Wavre, 8 octobre 2019

Date: 8 octobre 2019

Instance: Tribunal du travail de Wavre

Critère: état de santé actuel ou futur

Décision :

"Il tombe sous le sens que si un employeur se sépare d’un travailleur au retour d’une incapacité de travail lorsque celle-ci a été précédée d’autres absences, c’est parce qu’il redoute de nouvelles absences dans le futur. De la sorte, lorsque le motif de la maladie antérieure est le facteur de licenciement, c’est en réalité l’état de santé futur du travailleur qui est en cause", mentionne le jugement.

Plus loin, le tribunal évoque: "[L’employeur] soutient que les absences [du demandeur] désorganisaient son entreprise, surchargeaient les autres travailleurs et créaient des ralentissements au service à la clientèle. [Il] ne le démontre toutefois nullement." L’entreprise est donc condamnée au versement des six mois forfaitaires.

Unia était partie à la cause.

En abrégé : Trib.trav.Wavre, 8-10-2019

* Le facteur de Bradford est une mesure qui permet aux employeurs d'analyser l'absentéisme de leur travailleurs.

Téléchargements

Jurisprudence comparable Tribunal du travail de Wavre, 8 octobre 2019

14 Octobre 2019

Tribunal du travail de Charleroi, 14 octobre 2019

Un chauffeur est délégué syndical. D’importantes tensions apparaissent avec la direction et d’autres travailleurs. Dans le cadre de ces tensions, plusieurs mouvements de grève sont menés début avril 2016 et une demande d’intervention psychosociale formelle par le délégué est introduite contre son supérieur. Il est convoqué par la direction pour un processus disciplinaire : lui est reproché d’avoir mal vérifié l’alignement des indicateurs de serrage des roues de son camion, immédiatement après les grèves. Il est licencié pour rupture de confiance.

7 Octobre 2019

Tribunal du travail de Bruxelles, 7 octobre 2019

Un ingénieur auprès d’une commune est chef du service voiries depuis 2015. Il rencontre de nombreux problèmes inexplicables avec son employeur. Il écrit alors au bourgmestre pour dénoncer les comportements dont il s’estime victime et dénonce des commérages racistes. Il ne reçoit pas de réponse. Deux mois plus tard, il est licencié en raison de ses absences médicales et de propos « inacceptables » de son courrier au bourgmestre.