Dossier Cécile Djunga : pas de place pour la haine sur les réseaux sociaux 

13 Avril 2021
Domaine d'action: Internet
Critère de discrimination: Racisme

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné l’internaute qui avait notamment publié un message haineux à l’encontre de Cécile Djunga, présentatrice à la RTBF. Unia se réjouit que la justice rappelle que tout n’est pas permis sur les réseaux sociaux. 

Le tribunal correctionnel de Bruxelles condamne sans ambiguïté la diffusion de messages haineux en ligne. Il s’agit d’un signal important pour la lutte contre la cyberhaine. Selon Patrick Charlier, directeur d’Unia, « on constate depuis plusieurs années que les réseaux sociaux constituent pour certains une sorte de défouloir. On y fait étalage de sa haine sans se soucier des conséquences de ses propos sur les personnes et sur la société. Ce phénomène est accentué par un certain sentiment d’impunité. Unia se réjouit donc que la justice rappelle encore une fois qu’il y a aussi des limites sur les réseaux sociaux. »  

Le prévenu qui a préféré faire défaut est donc condamné à 6 mois de prison (15 jours ferme et le reste de la peine avec sursis) et à 1600 euros d’amende pour incitation à la haine et à la violence, diffusion d’idées fondées sur la supériorité ou la haine raciale et violation de la loi négationnisme. 

Porte-voix de la lutte contre le racisme 

Unia salue le courage de Cécile Djunga qui a tenu à aller jusqu’au bout de cette procédure. « Grâce à sa notoriété et à sa visibilité, elle s’est fait la porte-voix de la lutte contre le racisme et montre à toutes les victimes de racisme l’importance de dénoncer les messages de haine », ajoute Patrick Charlier. 

Unia avait décidé de se constituer partie civile dans ce dossier vu la gravité des propos et pour soutenir une société inclusive qui valorise la diversité dans les médias. 

Messages racistes et antisémites répétés 

En septembre 2018, Cécile Djunga, présentatrice à la RTBF, publie sur les réseaux sociaux une vidéo où elle exprime sa souffrance suite aux messages racistes dont elle est la cible depuis le début de sa carrière. En réaction à cette vidéo, plusieurs messages haineux lui sont adressés ainsi qu’à son employeur. 

L’enquête a permis d’identifier l’auteur d’un de ces messages au contenu particulièrement haineux et menaçant : “ [...] L’Afrique vous accueillera toujours à bras ouvert si la Belgique vous insupporte tant ! Si vous deviez subir une agression (espérons la mortelle) je ne dénoncerai pas votre agresseur je le féliciterai bien bas !”  

Ce n’est pas la première fois que l’auteur s’exprimait ainsi. Il était donc poursuivi tant pour ses propos tenus à l’encontre de Cécile Djunga que pour d’autres publications à connotation raciste et antisémite.  

Articles comparables

3 Juin 2020

Pas d’impunité pour du racisme sur Facebook

Le tribunal de Courtrai a condamné le 3 juin 2020 un habitant de Hooglede (Flandre occidentale) à deux mois d’emprisonnement avec un sursis de trois ans et à une amende de 800 euros (200 euros effectifs et 600 euros avec un sursis de trois ans). La personne condamnée avait publié sur Facebook en 2018 plusieurs messages racistes sous le pseudonyme J.V.L..  “L’homme a incité à la haine et à la violence”, a dit Unia, qui s’était constitué partie civile dans cette affaire.