Différence de traitement pour les allocataires du revenu de remplacement: Unia s’inquiète

17 Novembre 2016
Domaine d'action: Biens et services
Critère de discrimination: Handicap

Le 1er avril 2016, le montant maximum du revenu d’intégration (octroyé par les CPAS) a augmenté de 2 %. Le montant maximal de l’allocation de remplacement de revenu (octroyé pour les personnes handicapées par le SPF Sécurité Sociale) n’a quant à lui pas été augmenté.

Petit retour en arrière: lors du tax shift décidé par le gouvernement fédéral, les petites pensions et les revenus d’intégration sociale (RIS) ont été augmentés de 2 %. Or, les personnes en situation de handicap et qui sont dans l’incapacité de travailler ne perçoivent pas le RIS, mais bien l’allocation de remplacement de revenus. Une allocation qui, quant à elle, n'a pas augmenté. Depuis avril, les bénéficiaires de cette allocation vivent donc avec un revenu inférieur au minimum garanti.

Depuis avril, Unia dénonce cette différence de traitement et avait d'ailleurs envoyé un courrier au cabinet de la Secrétaire d'Etat en charge de l'égalité des chances et des personnes handicapées, Elke Sleurs. En vain. 

Selon les dernières informations parues dans la presse, la gouvernement a renvoyé la balle dans le camp des partenaires sociaux, chargés de négocier l'enveloppe budgétaire "bien-être" pour la période 2017-2018.

En attendant, la Secrétaire d'Etat demande aux allocataires de faire appel à leur CPAS pour que leur soit versé la différence. Une alternative qui n'en est pas une pour Unia et qui, par ailleurs, ne tient pas compte de la forte pression déjà mise sur les CPAS du pays.

Affaire à suivre...

Articles comparables

24 Mars 2020

Unia interpelle la SNCB suite à la suspension de son service d’assistance

Le 20 mars dernier, la SNCB annonçait qu’en raison de la crise sanitaire du COVID-19 et des consignes édictées par les autorités, elle n’était plus en mesure d’assurer les services d’assistance aux personnes en situation de handicap et à mobilité réduite. La SNCB justifiait sa décision en indiquant notamment que son personnel n’était pas en mesure de respecter la distanciation sociale (min. 1,5 m) pendant la prise en charge.

10 Avril 2020

Les personnes handicapées et les personnes âgées ont le droit d’être soignées

Unia tire la sonnette d’alarme : décider de soigner un malade ne peut jamais se faire sur base de son âge ou de son handicap. Les autorités doivent rappeler ce message essentiel pour une bonne gestion de la crise du coronavirus. Et doter les structures hospitalières, d’hébergement et de soutien des ressources humaines suffisantes pour accueillir de manière adaptée toutes les victimes du COVID-19.