Vivre de façon autonome a un impact positif pour les personnes en situation de handicap

18 Février 2019
Domaine d'action: Logement
Critère de discrimination: Handicap

Les personnes en situation de handicap ont le droit de vivre de façon autonome et faire partie de la société. C'est ce qui est inscrit dans l’article 19 de la Convention ONU, en vigueur en Belgique depuis 2009. Pourtant, nous constatons encore aujourd'hui que ce droit est encore trop souvent violé. L’agence des droits fondamentaux de l’Union Européenne (FRA) confirme ce constat dans une étude approfondie publiée fin 2018.

Vivre de façon autonome a un impact positif pour les personnes en situation de handicap

Vivre de façon autonome a un impact positif sur la vie des personnes en situation de handicap. C'est ce qui ressort d'une étude menée par la FRA auprès de personnes en situation de handicap, de leur famille et accompagnants de cinq pays membres de l’Union européenne. 

"D'après la Convention ONU, vivre de façon autonome signifie construire sa vie en prenant ses propres choix en-dehors d'un environnement protégé. Vivre dans une institution ou être regroupé dans une maison à cause du handicap ne revient pas à vivre de façon autonome", explique Patrick Charlier, directeur d’Unia. "À Unia, nous essayons d’éviter le terme 'désinstitutionnalisation' car, pour beaucoup de personnes, ce terme sonne bizarement et a une connotation négative. Nous parlons donc plus volontiers de vie autonome."

Regard positif

Selon l’étude, la vie autonome des personnes en situation de handicap passe par une collaboration et un engagement de la part de chacun. Nous devons travailler pour qu'un regard plus positif soit porté sur les personnes en situation de handicap. Enfin, il est nécessaire de mettre en place, dans la société, des services de soutien disponibles et finançables pour les personnes en situation de handicap. 

Directives aux autorités

La FRA donne des directives spécifiques aux autorités pour permettre aux personnes en situation de handicap de vivre de façon autonome:

  • Veiller à ce que les législations, politiques et programmes sur la désinstitutionalisation soient conformes à l’article 19 de la Convention ONU et à l’observation générale du Comité.
  • Elaborer une stratégie pour la désinstitutionalisation, avec des objectifs clairs et des échéances et un financement suffisant.
  • Dégager les moyens financiers pour désinstitutionnaliser les personnes en situation de handicap. L’autorité doit aussi progressivement cesser d’investir dans les institutions mais plutôt affecter des moyens financiers suffisants pour des services dans la société.
  • Veiller à une collaboration entre les autorités locales, régionales et nationales et entre les différents secteurs (logement, travail, santé, services sociaux, …)
  • Consulter la société civile dans l’élaboration et la mise en oeuvre de la politique de désinstitutionalisation.

En savoir plus ?

  • Consultez le site web de la FRA, l’organe indépendant de l’UE. 
  • Lisez les conseils de la Commission européenne pour la transition des services institutionnels vers des services tournés sur la société.

Quel est le rôle d’Unia?

Unia est l’instance indépendante pour le suivi de la mise en oeuvre de la Convention ONU prévue par l’article 33.2 de la Convention ONU relative aux droit des personnes handicapées. Plus d’informations.