Six membres du groupuscule d’extrême droite Nation condamnés

4 Mars 2021
Domaine d'action: Vie en société

Une victoire contre la haine et le mépris

Le tribunal correctionnel de Bruxelles avait condamné en 2016 six membres du groupement Nation à des peines de prison (entre 9 et 18 mois), avec sursis et à des peines d’amende pour avoir porté des coups et blessures, en juin 2015, à l’encontre d’une personne notamment en raison de sa situation de sans domicile fixe, sur la place du Luxembourg à Bruxelles. Unia s’était constitué partie civile dans ce dossier.

C’était le 1er juin 2015 en marge d’une manifestation organisée en soutien aux sans-papiers. Nation avait alors organisé une opération appelée les « lundis de la légalité » invitant ses membres et sympathisants à venir chaque semaine place du Luxembourg afin d’empêcher les manifestations des sans-papiers. C’est alors que six membres du groupuscule d’extrême droite ont violemment agressé un SDF, d’origine polonaise, en face du Parlement européen. Filmé par un témoin de la scène, le tabassage avait circulé sur les réseaux sociaux. Les auteurs des faits avaient été interpellés rapidement.

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a estimé que les coups et blessures ont été motivés notamment par la haine et le mépris parce que les auteurs se sont trouvées face à une personne qui cristallisait des caractéristiques contre lesquelles ils militaient au sein du groupe Nation, à savoir l’origine, l’état de fortune/l’origine sociale et des supposées convictions politiques puisqu’ils étaient convaincus qu’ils se trouvaient face à un « gauchiste » selon leurs propres mots.

Il ressort du dossier répressif que les membres du groupement Nation avaient repéré la victime parmi les manifestants et qu’ils s’étaient attablés à la terrasse d’un café où ils y imitaient des cris de singe au passage des personnes de couleur de peau noire.

« Les lois contre le racisme et les discriminations prévoient des peines plus lourdes (circonstances aggravantes) lorsque des coups et blessures sont commis avec un tel mobile abject. Ici, clairement, il s’agit d’une victoire contre la haine et le mépris », conclut Patrick Charlier, directeur d'Unia.

Appel en 2021

Un des prévenus, ex-leader du mouvement Nation, avait fait appel de cette décision pour contester la présence d’un mobile haineux dans cette agression. La cour d’appel de Bruxelles a néanmoins confirmé dans un arrêt du 27 janvier 2021 la décision rendue en 1ère instance en faisant siens les développements intéressants du premier juge.

Articles comparables

16 Mars 2021

Les ex-adeptes d’une religion ne peuvent être exclu·e·s ou rejeté·e·s, estime un juge en vertu de la loi antidiscrimination

Une communauté religieuse ne devrait jamais soumettre ses membres apostats à une « politique d'exclusion », qui a souvent des conséquences néfastes sur les liens familiaux des personnes concernées. Dans ce contexte, le tribunal de première instance de Gand a condamné aujourd'hui l'asbl Congrégation Chrétienne des Témoins de Jéhovah à une amende de 96 000 euros pour incitation à la discrimination et à la haine à l'encontre d'anciens adeptes. 

18 Janvier 2021

L’action de jeunes en rollers dans le quartier juif d’Anvers est inadmissible

Deux jeunes Anversois d'origine palestinienne ont tout récemment fait le tour du quartier juif d'Anvers en rollers, en arborant un drapeau palestinien. Ils ont ciblé des Juifs de manière individuelle et ont publié une vidéo de leur action sur YouTube. Cet événement a provoqué beaucoup d'émoi dans la communauté juive d'Anvers. Unia a reçu plusieurs signalements se rapportant à cet événement.