Pas de reconnaissance faciale sans analyse d’impact et garanties appropriées

13 Juillet 2020
Domaine d'action: Police et justice
Critère de discrimination: Racisme

Unia s’inquiète de l’intention du Ministre de l’intérieur d’autoriser la police à utiliser la reconnaissance faciale. Cette technologie peut entrainer une discrimination involontaire.

Unia, en sa qualité d’Institution Nationale des Droits de l’Homme, attire l’attention sur les risques que l’utilisation de la reconnaissance faciale représente pour les droits fondamentaux. Ces risques sont mis en évidence dans un nouveau rapport du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux droits de l’homme sur les nouvelles technologies :

« Cette technologie peut (…) entraîner une discrimination involontaire, étant donné que sa précision dépend de facteurs tels que la couleur de la peau ou le sexe, et que l'expérience a montré des taux de précision plus faibles pour la reconnaissance des personnes à la peau foncée et des femmes ».

La Haute-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a immédiatement appelé à un moratoire sur l’utilisation de ces technologies dans les manifestations pacifiques.

Unia demande également, préalablement à toute utilisation de cette technologie en Belgique, une analyse d’impact approfondie de cette technologie et le développement de garanties liées à la non-discrimination et à la protection de la vie privée.

Articles comparables

2 Juillet 2020

Les pratiques de sélectivité policière à la loupe

Les choix de management d’une zone de police sont susceptibles d’impacter positivement ou négativement, parfois sans que cela ait été voulu, les relations entre police et population, notamment au travers de contrôles d’identité de certains groupes de la population. C’est ce qui ressort d’une recherche action menée entre 2017 et 2019 au sein de la zone de police de Bruxelles Nord par l’Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC) et financée par Unia. 

22 Mai 2019

Un homme condamné pour avoir notamment insulté des policiers sur base de leur couleur de peau

Le Tribunal correctionnel de Charleroi a condamné jeudi une personne entre autres pour des insultes racistes à l'encontre de policiers. Unia s’était constitué partie civile dans ce procès. “Par cette condamnation, le juge rappelle que le racisme à l'égard des blancs doit, comme toute forme de racisme, être combattu", mentionne Patrick Charlier, directeur d’Unia.