Un employé condamné pour négationnisme sur son lieu de travail

3 Mai 2018
Domaine d'action: Emploi
Critère de discrimination: Racisme

Le tribunal correctionnel d’Anvers a condamné un homme à 5 mois de prison et une amende. Il lui était entre autres reproché d’avoir sur le lieu de travail enfreint la loi sur le négationnisme. L’homme avait en présence de plusieurs collègues dont un certain nombre d’origine étrangère affirmé que “Hitler avait été gentil et que le gazage des Juifs n’était qu’un détail de l’histoire.” Unia s’était porté partie civile.

Les faits remontent au 23 septembre 2016 et se sont déroulés à la cantine de l’entreprise où l’homme était employé. Un collègue a filmé les propos. « Dans notre pays, on prononce peu de condamnations sur base de la loi contre le négationnisme et particulièrement quand il s’agit de faits commis sur le lieu de travail », explique Els Keytsman, directrice d’Unia.

« Personne ne doit fermer les yeux, poursuit-elle. Le respect mutuel est fondamental. Et quand cela ne va pas de soi, il y a des lois dans ce pays pour le rappeler. C’est pour cela qu’Unia s’est constitué partie civile dans ce dossier.»

Un sympathisant nazi

Divers objets évoquant les sympathies nazies de l’homme ont été retrouvés à son domicile qui a été perquisitionné dans le cadre de la loi sur les armes.

Par ailleurs, l’homme a été également condamné à une amende de 300 euros.

Articles comparables

1 Juillet 2021

Gand réalise ses premiers tests de discrimination à l’emploi et ne compte pas s’arrêter là

L’âge et la surdité peuvent sensiblement influencer les chances de décrocher un emploi. C’est ce que confirment les récents résultats de tests de situation réalisés sur le marché du travail à Gand. Ils rejoignent les observations d’Unia dans le cadre de ses signalements et dossiers, et démontrent l’utilité de ces tests. Ils illustrent également le rôle des autorités locales dans la lutte contre la discrimination et pour un marché du travail plus inclusif.  

4 Décembre 2020

Les problèmes constatés chez les pompiers de Bruxelles appellent des décisions fermes

Il y a plus d'un an, un article de presse a fait état d’intimidations racistes au sein des pompiers de Bruxelles. L'indignation était grande, et rapidement, Unia a reçu de nombreux témoignages concernant des problèmes de racisme et de discrimination au sein des pompiers. Unia s'est immédiatement mis au travail et a interpellé la direction des pompiers de Bruxelles à ce sujet. Des mesures fermes s’imposaient pour améliorer la situation sur le terrain.