Une femme condamnée pour discours de haine raciste

19 Mars 2018
Domaine d'action: Vie en société
Critère de discrimination: Racisme

Le tribunal correctionnel de Malines a récemment condamné une femme à six mois de prison et à une amende de 1.800 euros après avoir tenu des propos racistes. Unia a informé et accompagné la victime qui s’était fait traitée, entre autre, de « sale Noir puant qui ferait mieux d’aller cueillir des bananes ».

Une femme condamnée pour discours de haine raciste

Les faits remontent à l’été 2016 quand Christian, 19 ans, croise une femme vraisemblablement sous l’emprise de l’alcool et qui lui tient alors des propos racistes, notamment que « lui et ses semblables doivent retourner sur un bateau pour l’Afrique ».

Parce que, selon l'accusation, il y avait incitation à la haine, à la discrimination ou à la violence, le Procureur a décidé d’assigner la femme à comparaître. Unia a alors été informé par la ministère public et a pu accompagner Christian dans ses démarches pour se constituer partie civile et réclamer des dommages moraux. Outre la condamnation à six mois de prison, le juge a estimé que l’accusée devait payer à la victime la somme de 250 euros de dommages et intérêts.

Articles comparables

1 Mars 2019

Davantage de personnes signalent des cas d’antisémitisme

Pour la quatrième fois en dix ans, Unia a traité plus de 100 cas d'antisémitisme. Le nombre d'incidents antisémites a pratiquement doublé l'an dernier, passant de 56 en 2017 à 101 en 2018. « Ces chiffres s’inscrivent dans une tendance légèrement à la hausse depuis 2008. En mars, la cellule de veille contre l'antisémitisme se réunira pour la première fois en cinq ans : un moment très attendu", déclare Patrick Charlier.  

7 Janvier 2019

L’attentat au musée juif de Bruxelles, un crime de haine à caractère antisémite

Si Unia a décidé de se constituer partie civile dans le dossier de l’attentat au musée juif, c’est parce qu’il y voit un acte de haine à l’égard des Juifs. "Les auteurs n'ont pas choisi leurs victimes au hasard, mais ils ont clairement ciblé les Juifs, c'est clair pour nous", souligne Patrick Charlier directeur d’Unia.  Nous tenons à ce que le caractère antisémite de cet acte soit reconnu.