Agression raciste d’un éboueur : une condamnation logique

2 Juin 2022
Domaine d'action: Vie en sociétéEmploi
Critère de discrimination: Racisme

Le tribunal correctionnel de Dinant vient de condamner l’agresseur d’un jeune éboueur d’origine africaine à une peine de travail de 100 h et une amende de 800 € pour coups et blessures avec la circonstance aggravante du mobile raciste. « Unia s’était constitué partie civile et nous nous félicitons que cette agression raciste et totalement gratuite soit sanctionnée » explique Patrick Charlier, directeur d’Unia. 

Les faits remontent à novembre 2020, à Bouvignes (Dinant). Un jeune chargeur de camion poubelle effectue sa tournée matinale avec un collègue. Le prévenu suit le camion en voiture et s’impatiente. Il se met à insulter le jeune travailleur : « Sale noir, sale nègre, retourne dans ton pays ». Lorsque celui-ci se dirige vers le véhicule pour comprendre pourquoi il se fait insulter, le prévenu sort et lui assène violemment plusieurs coups, ainsi qu’à son collègue venu lui prêter main forte pour repousser l’agresseur dans son véhicule. En repartant, le conducteur lance encore : « Le nègre, tu es fait pour ramasser les crasses, d’ailleurs tu es une crasse aussi ». Le jeune homme se retrouvera en incapacité de travail pendant plusieurs jours. Grâce notamment aux témoignages, le tribunal a pu confirmer le caractère gratuit et raciste de cette agression. 

Pour Unia, ce dossier illustre le racisme ordinaire auquel sont confrontées les personnes d’origine étrangère dans leur quotidien, que ce soit lorsqu’elles exercent simplement leur travail comme ici ou encore lorsqu’elles circulent dans l’espace public.  

Unia a enregistré 1 052 dossiers liés aux critères dits “raciaux” en 2021. Dans 21% des cas, des actes de violence sont à déplorer, comme dans cette affaire. Unia se félicite que ce type d’agression ne reste pas impuni par la justice.