Unia ouvre un dossier pour extorsion de sans-papiers par la police anversoise

17 Mars 2016
Domaine d'action: Police et justice
Critère de discrimination: Racisme

Unia vient d’ouvrir un dossier à l’encontre de plusieurs officiers de la police d’Anvers. Au moins quatre policiers sont soupçonnés de vol et d’extorsion à l’encontre de réfugiés et de personnes sans papiers. Unia se dit choqué par des pratiques dégradantes et inhumaines et exige que toute la clarté soit faite rapidement dans cette affaire.

« Nous avons ouvert une enquête parce qu'il y a une forte présomption que le comportement des agents en question ait été inspiré par des motivations racistes, ce qui constitue une circonstance aggravante. Toutes les victimes étaient des migrants qui vivent dans une situation précaire et étaient probablement en position de vulnérabilité », explique le directeur Unia, Patrick Charlier.
 
« Selon les informations que nous recevrons , nous déciderons si nous nous constituons partie civile devant les tribunaux », précise Patrick Charlier qui espère pouvoir compter sur la collaboration de la police anversoise pour enquêter sur ces incidents tout en prenant toutes les mesures qui s’imposent si des fautes devaient être établies. Patrick Charlier invite enfin les victimes à contacter Unia.

Articles comparables

2 Juillet 2020

Les pratiques de sélectivité policière à la loupe

Les choix de management d’une zone de police sont susceptibles d’impacter positivement ou négativement, parfois sans que cela ait été voulu, les relations entre police et population, notamment au travers de contrôles d’identité de certains groupes de la population. C’est ce qui ressort d’une recherche action menée entre 2017 et 2019 au sein de la zone de police de Bruxelles Nord par l’Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC) et financée par Unia.