Identifier et affronter des problèmes et abus dans la sélectivité policière

Unia a financé une recherche sur les pratiques de sélectivité policière menée en collaboration avec l’Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC) et la zone de police de Bruxelles Nord. Principal enseignement ? Le management d’une zone de police impacte fortement les pratiques des policiers. C’est donc à ce niveau qu’il faut travailler pour améliorer la relation entre la police et la population.

Le profilage discriminatoire par les forces de l’ordre traduit depuis longtemps la tendance à contrôler et à surveiller des groupes de la population qui seraient potentiellement plus criminogènes que d’autres. Le contrôle d’identité serait le garant de l’ordre public. Cette approche pose question. Bien que les pratiques de sélectivité fassent partie du travail quotidien de la police sur le terrain, certaines d’entre elles peuvent être problématiques tant au plan de ce qui les motive que de leur impact sur l’intervention policière au sens large. Il faut s’interroger sur le message que les forces de police envoient à la population et à certains groupes qui la composent. Point de crispation entre police et citoyens, le choix du contrôle d’identité est-il laissé à l’appréciation individuelle du policier ou est-il un rouage dans un mécanisme qui génère potentiellement des pratiques discriminatoires ?

Un projet en co-construction

C’est le sens de la recherche-action financée par Unia et menée au sein de la zone de police de Bruxelles Nord (PolBruNo), en collaboration avec le corps policier et l’Institut National de Criminologie et Criminalistique (INCC). 

Les enjeux à l’origine du projet sont de deux sortes :

  • Initier une réflexion sur les pratiques individuelles ou collectives des policiers à partir de certaines manifestations concrètes d’une sélectivité problématique;
  • Questionner le fonctionnement de l’organisation de la zone.

Recommandations d'Unia

L’intérêt du projet est aussi de nourrir la recherche et de tirer des conclusions et des recommandations qui puissent servir à d’autres zones de police. En ce sens, le "position paper" s’adresse aux experts de l’organisation policière et au monde associatif soucieux de travailler la relation police-population. Il a plusieurs objectifs :  

  • contextualiser la problématique des contrôles qui a été le point de départ de la réflexion commune ; 
  • expliciter la spécificité de la zone de PolBruNo qui a facilité la mise en place du projet ; 
  • identifier les résultats les plus intéressants et en dégager la plus-value ; 
  • mettre en exergue les recommandations qu’en tire Unia, en tant qu’organe dont la mission est de lutter contre les discriminations et de promouvoir l’égalité.

Publications comparables

25 Octobre 2019

Situation des gens du voyage après l’opération de police dite « strike » du 7 mai 2019

{title}

Le Conseil de l'Europe, le rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l'homme pour les minorités et la Commission européenne doivent examiner si la police et la justice n'ont pas pris des mesures excessives contre des gens du voyage. C'est ce qu'affirme Unia dans deux rapports sur les actions de la police et de la justice au cours d'une enquête à grande échelle sur une fraude automobile. 

13 Juin 2018

Rapport annuel 2017 : Refuser l’inertie

{title}

2017 a été une année chahutée. Les débats relatifs aux matières liées aux compétences d'Unia ont été vifs mais ont mené à plusieurs avancées pour lutter contre les discriminations. Il faut notamment citer l'adoption, en Région bruxelloise, d'une ordonnance permettant d'approcher un employeur sous une identité d’emprunt en vue de vérifier s’il discrimine un candidat (mystery shopping). Le fédéral a suivi, plus timidement, début 2018.