Mesures et climat : conséquences post-attentats (2021)

Si le terrorisme n’est évidemment pas un phénomène nouveau, il nous faut admettre que les attaques commises en Europe depuis 2015, singulièrement en France et en Belgique, ont transformé notre société. Ces attentats ont créé un profond climat d’anxiété dans la population et ont contribué à la polarisation de la société, avec un regard devenu plus suspicieux voir haineux à l’encontre de la communauté musulmane.

Mesures et climat : conséquences post-attentats (2021)

Bien entendu, pour faire face à la menace terroriste des mesures doivent être prises par nos autorités. Les actes terroristes relèvent à la fois du discours de haine que des actes de haine et la législation contre les discriminations est un outil, parmi d’autres, pour les prévenir et les combattre.

Cependant, dans un état de droit, chaque citoyen doit bénéficier des mêmes droits (présomption d’innocence, droit au procès équitable, liberté d’expression…), sans distinction, entre autres, d’origine ou de conviction.

Dans le rapport « Mesures et climat – conséquences post-attentats » , Unia analyse les dossiers que nous avons reçus et traités et qui sont autant de conséquences visibles du climat actuel. Nous avons face à nous un phénomène nouveau qu’il ne faut ni grossir ni sous-estimer. Unia y voit un signal que notre société ne peut ignorer.  Nous abordons dans ce rapport, à la fois les situations qui sont en lien direct avec les mesures prises pour lutter contre le terrorisme et le radicalisme, et celles qui relèvent du climat plus général lié aux attentats et qui se traduisent par des discriminations, des insultes, des amalgames.

La première version du rapport a été publiée en 2017, vous trouverez sur cette page la dernière version au 31/12/2020.
 

Publications comparables

13 Juin 2018

Rapport annuel 2017 : Refuser l’inertie

{title}

2017 a été une année chahutée. Les débats relatifs aux matières liées aux compétences d'Unia ont été vifs mais ont mené à plusieurs avancées pour lutter contre les discriminations. Il faut notamment citer l'adoption, en Région bruxelloise, d'une ordonnance permettant d'approcher un employeur sous une identité d’emprunt en vue de vérifier s’il discrimine un candidat (mystery shopping). Le fédéral a suivi, plus timidement, début 2018.  

11 Février 2021

Analyse et propositions d’Unia sur la définition de l’antisémitisme de l’IHRA (2021)

{title}

Le 26 mai 2016, l’International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA, organisation intergouvernementale) a adopté une nouvelle « définition de travail » de l’antisémitisme. Cette définition est juridiquement non contraignante et comprend une série d’exemples illustratifs sur ce qui peut être considéré comme de l’antisémitisme. Plusieurs organisations juives ont demandé que la Belgique adopte également cette définition.