Faire le salut nazi dans le Fort de Breendonk est inexcusable

3 Juin 2021
Domaine d'action: Vie en société
Critère de discrimination: Autres critères

Le tribunal correctionnel de Malines a reconnu coupable de négationnisme et d’incitation à la haine le militant d’extrême droite qui a fait un salut nazi dans le Fort de Breendonk. Il a été condamné à 6 mois de prison avec sursis et une amende de 800 euros.

Unia, la Liga voor Mensenrechten et la commune de Willebroek étaient parties civiles dans ce procès. Unia et la Liga voor Mensenrechten ont reçu 1 euro de dommages et intérêts. 

“Le juge a donné le signal clair qu’un tel comportement, en particulier dans le Fort de Breendonk, est inexcusable”, explique Unia. “Unia s’est constitué partie civile parce que nous sommes préoccupés par la banalisation et l’utilisation de plus en plus courante de rhétorique et de symboles nazis dans l’espace public.” 

"Le tribunal a notamment pris en compte le manque de respect envers les innombrables victimes du génocide et leurs proches, la manière explicite dont une image inacceptable a été évoquée, ainsi que le contexte concret dans lequel les faits se sont déroulés et la localisation des faits", a déclaré le magistrat de presse. "En ce qui concerne l'incitation à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe ou d'une communauté, le tribunal a rappelé que le contexte global ne peut pas être ignoré : une image hostile et méprisante est montrée de manière explicite, incitant d'autres personnes à la haine."  

La photo du salut nazi a été diffusée sur les réseaux sociaux. Une photo d’un homme en uniforme SS, des messages racistes, des chants martiaux allemands ont aussi été retrouvés sur le téléphone de l’auteur. 

Des milliers de prisonniers ont été incarcérés dans le Fort de Breendonk pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ont été gravement maltraités, torturés et humiliés. La moitié d'entre eux n'ont pas survécu.

Articles comparables

24 Novembre 2020

L’usage de la violence dans les conflits entre communautés n’est pas une option

Le tribunal correctionnel de Gand s'est prononcé ce 16 novembre 2020 dans l’affaire relative à l'association Fedactio. Les prévenus, d'origine turque, étaient jugés pour avoir posté sur les médias sociaux des messages incitant à la haine et à la violence, pour avoir tagué et endommagé un bâtiment de l'asbl Fedactio, une organisation coupole des associations du mouvement Gülen en Belgique. Cela s'est produit après que le président turc Erdogan et ses partisans, suite à l'échec d'une tentative de coup d'État en 2016, aient appelé à poursuivre et à agresser les adeptes du mouvement Gülen. Cet appel a, hélas, également été entendu en Belgique.