La législation antidiscrimination est un élément central pour lutter contre la radicalisation

26 Octobre 2017
Domaine d'action: Vie en société
Critère de discrimination: Tous les critères

Les prédicateurs et autres adeptes de la propagande qui incite à la haine, à la discrimination ou à la violence peuvent être poursuivis au regard de la législation antidiscrimination. « Malheureusement cela arrive trop peu souvent ", a déploré Patrick Charlier, directeur d’Unia, devant la commission d'enquête sur les attentats du 22 mars 2016.

La législation antidiscrimination est un élément central pour lutter contre la radicalisation

L'expertise développée par Unia et les lois antidiscrimination dans notre pays peuvent jouer un rôle dans la façon d’appréhender le radicalisme. "Le fait de partager des messages incitant à la haine sont punissables", rappelle Patrick Charlier.

La liberté d'expression est là pour que chacun puisse construire sa propre opinion, développer ses propres idées. Mais cette liberté d’expression n’est pas absolue, sans limites. " Dès lors que des prise de parole ou des écrits en public menacent la sécurité ou l'ordre public, elles ne sont plus protégées par le droit à la liberté d'expression et sont punissables par la loi ", a ajouté devant les parlementaires le directeur d’Unia.

Le rapport complet de la commission d'enquête parlementaire sur les attentats est à lire ici

Articles comparables

12 Novembre 2020

Unia promeut le vivre-ensemble même pendant le coronavirus

La crise du Covid qui sévit dans notre pays a alimenté une méfiance mutuelle parmi la population. « Nous constatons une forte tendance à culpabiliser ou à désigner des boucs émissaires », déclare Patrick Charlier, directeur d'Unia. « Nous devons contrer  cette tendance qui ne profite à personne et au contraire soutenir les nombreuses formes de solidarité que cette pandémie a également fait apparaitre. Le Covid n’est pas encore derrière nous. Nous devons apprendre à vivre avec ce virus sans détruire le liant de notre société. »