Unia veut collaborer avec la nouvelle institution flamande des droits humains

20 Juillet 2021
Domaine d'action: Vie en société
Critère de discrimination: Tous les critères

Le gouvernement flamand a approuvé vendredi 16 juillet une note qui dresse les contours de la nouvelle institution flamande des droits humains qu’il veut créer. “Nous prenons acte des avancées dans ce dossier”, mentionne Patrick Charlier, directeur d’Unia.  

“Le point positif, c’est que nous avons enfin plus de clarté sur les plans du gouvernement flamand. Beaucoup d’éléments pratiques et liés au contenu doivent cependant encore être discutés et décidés. Nous souhaitons collaborer de manière constructive avec le ministre flamand de l’Égalité des chances, Bart Somers, ainsi qu’avec la future institution flamande. C’est aussi une bonne chose que le gouvernement flamand prête attention à la protection des droits humains”, explique Patrick Charlier. 

La création d’une institution flamande va de pair avec la fin de l’accord de coopération entre les autorités flamandes et Unia, tel qu’annoncé dans l’accord du gouvernement flamand en 2019. La nouvelle institution flamande reprendra donc une partie des missions d’Unia. “Nous insistons sur une transition et un transfert en douceur du personnel et de l’expertise”, souligne Patrick Charlier. 

Rien ne change pour le moment et jusqu’au 15 mars 2023. Pour Unia, “l’intérêt des citoyens doit primer. Même après cette date, ils doivent pouvoir compter sur des services d’aide et de soutien au moins égaux à ce qu’ils reçoivent aujourd’hui.” Le gouvernement flamand a indiqué que la nouvelle institution devra collaborer étroitement avec Unia et d’autres organisations dans un contexte interfédéral. Unia y sera attentif. 

Articles comparables

12 Novembre 2020

Unia promeut le vivre-ensemble même pendant le coronavirus

La crise du Covid qui sévit dans notre pays a alimenté une méfiance mutuelle parmi la population. « Nous constatons une forte tendance à culpabiliser ou à désigner des boucs émissaires », déclare Patrick Charlier, directeur d'Unia. « Nous devons contrer  cette tendance qui ne profite à personne et au contraire soutenir les nombreuses formes de solidarité que cette pandémie a également fait apparaitre. Le Covid n’est pas encore derrière nous. Nous devons apprendre à vivre avec ce virus sans détruire le liant de notre société. »