Après une chute, un enfant demande à son école quelques aménagements

25 Septembre 2018
Domaine d'action: Enseignement
Critère de discrimination: Handicap

Un élève autiste a eu une rentrée des classes difficile après ses vacances d'été. Suite à une lourde chute, il attendait de son école quelques aménagements de son horaire et de son environnement. D'abord réticente, l'école a fini par trouver un terrain d'entente avec les parents grâce à l'aide d'Unia.

Après une chute, un enfant demande à son école quelques aménagements

Un jeune autiste et dyslexique a eu un accident pendant l'été. Suite à sa chute, il souffre d'une blessure au dos. À l'occasion de la rentrée des classes, ses parents ont demandé à l'école de faire les aménagements nécessaires (apprentissage partiel à distance, bureau debout...) afin que l'élève puisse continuer à suivre ses cours de manière optimale. 

L'école ne souhaitait d'abord pas mettre en place les mesures demandées. Elle préférait laisser les choses telles qu'elles étaient dans un premier temps afin de voir ce qui devait être adapté ensuite. Elle a également rejeté le plan à court et long terme des parents concernant les besoins de l'élève. Les parents, qui craignaient que l'autisme de leur enfant s'exacerbe et entrave son apprentissage si des mesures n'étaient pas prises, ont fait appel à Unia.

Unia a expliqué l'importance d'une concertation entre les deux parties afin de mieux comprendre le point de vue de chacun et de trouver des mesures nécessaires et réalistes. L'école a accepté la proposition d'Unia et a rencontré les parents. Ils sont tombés d'accord sur les mesures à prendre.

En savoir plus?