Analyser l’impact de la dégressivité des allocations de chômage

16 Décembre 2018
Domaine d'action: Emploi
Critère de discrimination: RacismeÂgeAutres critères
Niveau de pouvoir: Fédéral

Unia recommande d’analyser l’impact de la dégressivité des allocations de chômage avant d’adopter des mesures qui auront un impact significatif sur la vie de nombreuses personnes qui subissent déjà aujourd’hui de la discrimination à l’embauche.

Analyser l’impact de la dégressivité des allocations de chômage

Analyser l’impact de la dégressivité des allocations de chômage avant la mise en œuvre de celle-ci

La dégressivité dans le temps des allocations de chômage, initiée par le fédéral en 2012 et en voie de renforcement en 2018, est motivée par l’idée qu’elle encouragerait les personnes sans emploi à rechercher plus activement du travail et à accepter plus vite une offre d’embauche, ainsi que le rappellent des experts du monde académique dans une carte blanche.

Or, selon ces experts, il n’est pas certain du tout que la mesure apporte les effets attendus, et ils préconisent d’analyser la question avec la profondeur requise, avant d’adopter des mesures qui auront un impact significatif sur la vie de nombreuses personnes. Ils pointent par ailleurs la discrimination à l’embauche que subissent déjà aujourd’hui les chômeurs longue durée, par rapport aux chercheurs d’emploi non chômeurs ou chômeurs de courte durée.

Le Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale attire de son côté l’attention sur l’impact de la dégressivité sur la précarité et la recherche d’emploi. Dans une situation de précarité aggravée, il devient encore plus difficile de se consacrer pleinement à la recherche d’emploi.

Unia attire pour sa part l’attention sur les groupes structurellement discriminés sur le marché de l’emploi, comme par exemple les travailleurs d’origine étrangère, les travailleurs de plus de 45 ans et bien d’autres groupes encore, qui se trouvent surreprésentés dans les statistiques de chômage de longue durée. Le risque est grand, en effet, que cette discrimination structurelle se trouve aggravée par des mesures de dégressivité. Une analyse d’impact sur ces groupes, dans une perspective intersectionnelle croisant au moins les catégories de genre, d’âge, de condition sociale, de handicap et d’origine, est hautement souhaitable.

Mémorandum 2019

Cette recommandation fait partie du mémorandum d'Unia pour les élections de 2019.