Position provisoire d’Unia quant à la création d’un organisme flamand de promotion de l’égalité (2021)

Le 30 septembre 2019, les négociateurs du gouvernement flamand ont conclu un accord de majorité suite auquel certains d'entre eux ont communiqué que le gouvernement flamand à venir entendait se retirer d'Unia et créer sa propre institution.

Dans une première réaction, Unia a déclaré ne pas comprendre pourquoi la Flandre mettait fin à la coopération sans impliquer Unia dans la décision.

Le 16 juillet 2021, une note conceptuelle du gouvernement flamand définissait les contours de la nouvelle institution flamande. À ce stade, il est apparu clairement que la Flandre ne souhaitait pas seulement créer un organisme de promotion de l'égalité, comme le prévoyait l'accord de coalition : elle optait pour une mission plus large en matière de droits humains, dans le cadre de laquelle la mission spécifique de promotion de l'égalité - à savoir la promotion de l'égalité et la lutte contre la discrimination - serait intégrée au sein d’une « institution flamande des droits humains ». 

Unia tient aujourd'hui à exprimer un certain nombre de réserves et de préoccupations quant au modèle envisagé, en se basant sur la note conceptuelle et les réponses aux différentes questions parlementaires sur le dialogue entre le cabinet du ministre Somers et Unia. 

En janvier 2022, plusieurs organisations flamandes ont fait part de leur avis sur la création d'un organisme flamand de promotion de l'égalité : Vlaamse Adviesraad Handicap (NOOZO), l'organisme de concertation sociale en Flandre (SERV), le conseil flamand de l'enseignement (VLOR), le département Bien-être, santé publique et famille du gouvernement flamand (WVG), la Commission flamande de contrôle du traitement des données à caractère personnel (VTC), le Conseil flamand des personnes âgées et le conseil consultatif stratégique pour la culture, les jeunes, le sport et les médias (SARC).

Publications comparables