Radio, vidéo et télévision

Dans une vidéo sur YouTube, un homme attaque une femme politique atteinte d’une maladie incurable ; un présentateur radio diffuse des blagues sur les personnes en situation de handicap ; dans une émission télévisée, un président de parti compare l’homosexualité à de la bestialité ; un homme transmet à Kazerne Dossin un DVD niant l’Holocauste…

    La liberté d’expression est un droit fondamental. Elle concerne notamment les séquences radio, vidéo et télévisées. Cependant, cette liberté n’est pas absolue. Nier publiquement le génocide des Juifs par les nazis est par exemple interdit, de même que l’incitation en public à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe. Il est également interdit de diffuser des idées fondées sur la supériorité raciale ou la haine raciale. Lire plus.

    Radio, vidéo et télévision

    Comment sont traités ces messages haineux ?

    À la différence des délits de presse, les messages diffusés par vidéo, à la radio ou à la télévision, sont toujours traités par un tribunal correctionnel. Lire plus.

    Radio, vidéo et télévision

    Comment signaler des messages de haine diffusés à la radio, dans une vidéo ou à la télévision ?

    Unia vous aide et vous conseille. Mais vous pouvez également vous adresser à la rédaction concernée, au Conseil de déontologie journalistique, au Conseil supérieur de l’audiovisuel, au Autorité de protection des données ou au Jury d’éthique publicitaire. Lire plus.