Le carnaval et les limites à la liberté d’expression

Les cortèges de carnaval et les fêtes populaires regorgent (souvent) de représentations stéréotypées de minorités. Ce rapport d'Unia a pour but d’objectiver la question de la liberté d'expression et de la dissocier des émotions souvent très vives et des positions figées qui ont été adoptées.

Il existe en Belgique une très longue tradition de cortèges de carnaval et d’autres fêtes populaires. Ils se caractérisent fréquemment par leur ironie corrosive et leur satire impitoyable. Le carnaval est synonyme d’anarchie : il semble ne plus y avoir de freins, et pendant quelques jours et en un certain endroit, on peut rire de tout et de tout le monde. 

Unia reçoit chaque année des signalements en lien avec ces cortèges carnavalesques et ces fêtes populaires.

  • D’une part, il y a des citoyens qui se sentent blessés par les représentations stéréotypées et (souvent) peu respectueuses de minorités et par ces comportements qu’ils jugent transgressifs.
  • D’un autre côté, il y a des citoyens qui ne comprennent pas pourquoi des traditions populaires locales qui ont une longue histoire et qui sont enracinées dans le tissu local sont tout à coup remises en cause par des “tiers” et deviennent soudainement si sensibles auprès de certaines minorités.

Comme ce sont souvent les mêmes questions et préoccupations qui reviennent dans ces signalements, l’idée a mûri, au sein d’Unia, de rédiger un rapport analysant plus en profondeur aussi bien le cadre sociologique et historique du carnaval que les limites (légales) de la liberté d’expression en Belgique. 

Publications comparables

13 Juin 2018

Rapport annuel 2017 : Refuser l’inertie

{title}

2017 a été une année chahutée. Les débats relatifs aux matières liées aux compétences d'Unia ont été vifs mais ont mené à plusieurs avancées pour lutter contre les discriminations. Il faut notamment citer l'adoption, en Région bruxelloise, d'une ordonnance permettant d'approcher un employeur sous une identité d’emprunt en vue de vérifier s’il discrimine un candidat (mystery shopping). Le fédéral a suivi, plus timidement, début 2018.