Comment traiter au mieux les demandes d’aménagements pour pratiques religieuses au sein d’une organisation ?

En pratique, de nombreuses organisations ne savent aujourd’hui pas bien comment réagir lorsqu’un·e de ses employé·e·s formule une demande d’aménagement en raison de sa conviction religieuse. La loi n’apporte pas non plus de réponse utile ou satisfaisante à ce sujet : la loi ou la jurisprudence manquent en effet parfois de clarté, il y a de nombreux points de vue opposés, les procédures sont longues…

    Comment traiter au mieux les demandes d’aménagements pour pratiques religieuses au sein d’une organisation ?

    En même temps, les organisations ont besoin d’être soutenues et outillées pour répondre à ce type de demandes. Elles sont à la recherche de solutions qui peuvent être bénéfiques à tout le monde et qui tiennent compte des spécificités de l’organisation, de l’impact de l’aménagement réclamé, de la nature de la demande et du respect de l’identité de la personne demanderesse.

    C’est dans ce cadre qu’Unia intervient afin de prodiguer à ces organisations des conseils pour aborder au mieux la question de la diversité religieuse en leur sein. Dans cette démarche, les éléments centraux sont : l’importance du dialogue, la coopération, la concertation (sociale), la réalisation des missions de l’organisation ou de l’entreprise et la continuité des services. Nous considérons la diversité comme un atout. Selon Unia, il est important de rendre visible ce type de demande touchant à la conviction philosophique ou religieuse car cela implique une reconnaissance d’une partie non négligeable de l’identité des personnes. Cette reconnaissance est essentielle pour parvenir à une concertation constructive.

    Comment traiter au mieux les demandes d’aménagements pour pratiques religieuses au sein d’une organisation ?

    1. Ouvrez-vous à la concertation

    Entrez en concertation avec les différent·e·s intéressé·e·s et  acteurs·trices concerné·e·s par cette question au sein de votre organisation et créez ainsi un ‘espace de concertation’ dans lequel la question des pratiques religieuses peut être posée. Pour ce faire, vous pouvez vous servir d’un plan en plusieurs étapes (composé de 10 questions) qui favorise l’expression des attentes, des besoins, des aspirations, des opinions, des réserves… et ce dans un espace de confiance et de respect mutuels.

    En impliquant toutes les parties prenantes dans la concertation, vous créez ainsi une base d’adhésion en faveur de la solution qui sera adoptée.

    Comment traiter au mieux les demandes d’aménagements pour pratiques religieuses au sein d’une organisation ?

    2. Recherchez une solution qui bénéficie au plus grand nombre

    On vous adresse une demande spécifique d’aménagement pour les besoins d’une pratique religieuse ? Utilisez cette demande pour ouvrir le débat dans votre organisation, votre administration ou votre école. Objectivez la demande et élargissez le débat de manière à ce que les solutions trouvées puissent également s’appliquer à d’autres situations.

    P. ex. : un·e élève demande s’il y a autre chose de prévu que de la viande de porc lors du barbecue de la fête de l’école. Il·elle est musulman·e et sa religion lui interdit de manger du porc. Vous objectivez et élargissez cette demande : des alternatives sont-elles prévues pour les élèves qui ne veulent pas manger de porc ?

    Cherchez ensuite à trouver une solution qui bénéficie à tout le monde, et non plus seulement à la personne qui a fait la demande initiale. On peut par exemple penser aux élèves qui sont végétariens ou à ceux qui ont des allergies ou des intolérances alimentaires. C’est ce que nous appelons la recherche du plus grand dénominateur commun.

    P. ex. : L’école décide finalement de ne pas réduire uniquement son offre à de la viande de porc lors de la fête annuelle. Les élèves et les parents pourront également commander des menus sans porc, des menus végétariens... Cela permet à la fête de l’école d’être vraiment une fête pour tous.

    Ce qui est décidé au niveau individuel peut avoir des conséquences pour l’ensemble du personnel et créer ainsi des tensions internes.

    En formulant la demande en termes larges et généraux, vous évitez les situations de polarisation avec un ‘vainqueur’ et un ‘vaincu’ et parvenez ainsi à une solution qui obtiendra l’adhésion et le soutien du plus grand nombre.  

    Comment traiter au mieux les demandes d’aménagements pour pratiques religieuses au sein d’une organisation ?

    Ce que propose Unia

    Unia accompagne des organisations, des écoles et des entreprises du secteur privé et public dans leurs initiatives en matière de diversité et de non-discrimination. Nous assurons toujours un accompagnement sur mesure en partant de la réalité de l’organisation à l’origine de la demande. Nos interventions visent à améliorer structurellement leurs processus et leur stratégie.

    Unia joue un double rôle auprès de ces organisations : celui d’expert en termes de contenu et celui de facilitateur.

    Expert en termes de contenu

    Unia peut en effet apporter une expertise (juridique) au niveau du contenu. Quel est le cadre légal qui doit être respecté ? Que dit la jurisprudence au sujet de la diversité religieuse ? Quels sont les processus de création de stéréotypes qui précèdent les phénomènes de discrimination ? Comment peut-on éviter la discrimination ? Etc.

    Facilitateur

    Pour trouver des solutions durables à des questions de diversité, Unia propose un accompagnement dans lequel nous intervenons également en tant que facilitateur. Cela signifie qu’Unia soutient autant que possible le processus d’accompagnement, mais que l’organisation ou l'entreprise concernée prend elle-même la décision finale et s’approprie ainsi les décisions prises. Nous voulons ainsi parvenir à un cadre (d’action) concret visant à apporter par la concertation des réponses sereines et pragmatiques à des demandes (individuelles ou collectives) touchant à la diversité.

    L’avantage d’un processus d’accompagnement est qu’il permet de prendre en compte différents  intérêts parfois opposés. De plus, à travers cette approche, une confiance mutuelle se construit entre les différentes parties qui rend le résultat adopté plus juste et durable. Enfin, cette méthode favorise l’émergence de solutions inclusives qui puissent convenir au groupe le plus large. 

    Restez informé·e

    Restez informé·e de nos différentes activités :

    Suivez-nous sur :