La diversité religieuse dans le secteur des biens et services

Un club de fitness, un bowling ou un manège demandent à leurs clientes d’enlever leur foulard pour des raisons de sécurité ; une piscine publique n’autorise pas l’accès aux nageuses vêtues d’un maillot couvrant l’entièreté du corps ; un·e propriétaire qui avait fixé un rendez-vous pour une visite par téléphone refuse une candidate locataire parce qu’elle porte le foulard…

    Ce ne sont là que quelques exemples de questions qui sont régulièrement posées à Unia au sujet du port de signes religieux dans le secteur des biens et services. L’interdiction de porter des couvre-chefs ou des signes religieux est souvent inscrite dans le règlement d’ordre intérieur des établissements. Nombreux·se sont les client·e·s à s’interroger sur la légitimité d’une telle interdiction.   

    La diversité religieuse dans le secteur des biens et services

    Qu’est-ce qui est permis ou non ?

    Un commerce peut-il refuser les client·e·s qui portent un couvre-chef ou d’autres signes religieux ? Non, à moins que cette interdiction ne soit justifiée de manière objective et raisonnable.

    La diversité religieuse dans le secteur des biens et services

    Que disent les tribunaux ?

    En Belgique, les juges se sont prononcés à plusieurs reprises ces dernières années sur des interdictions du port du foulard dans le secteur des biens et services. Découvrez la synthèse de la jurisprudence.

    La diversité religieuse dans le secteur des biens et services

    Que dit Unia à propos des maillots de bain couvrant tout le corps ?

    Une piscine publique peut-elle refuser les nageurs qui portent un maillot de bain couvrant l’entièreté du corps ? Découvrez notre avis et la jurisprudence récente.

    En savoir plus sur le port de signes religieux

    Restez informé·e

    Restez informé·e de nos différentes activités :

    Suivez-nous sur :