Nier un génocide? Unia peut désormais intervenir plus souvent

30 Avril 2019
Domaine d'action: Tous les domaines
Critère de discrimination: Racisme

Les personnes qui nient l’existence des génocides pourront désormais être condamnées. Unia salue cette décision du parlement, mais regrette que l’extension de la loi antiracisme ne concerne que les génocides, les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre reconnus par les tribunaux internationaux. Et donc pas le génocide arménien qui est toutefois reconnu par la Belgique. “Les gens peuvent se tourner vers Unia lorsque l’Holocauste est niée, minimisée ou justifiée. Cela concerne désormais d’autres génocides, mais pas le génocide arménien.” 

Unia estime que la loi antiracisme reconnait la douleur et la souffrance des proches des victimes d’un génocide. Cette loi dissuade aussi de potentiels auteurs. “Nier un génocide, c’est ouvrir la porte à un nouveau génocide. Nous savons aussi que le déni va de pair avec la discrimination et l’incitation à la violence”, explique Patrick Charlier, directeur d’Unia.

C’est pour cette raison qu’Unia regrette que la négation du génocide arménien n’ait pas été inclue dans la révision de la loi. “Une importante communauté d’Arméniens vit en Belgique. Ils ont aussi droit à cette reconnaissance.” Pour Unia, nier, justifier ou minimiser tous les génocides reconnus par la Belgique devrait être condamnable.

Une bonne chose

Grâce à l’extension de la loi, davantage de personnes pourront faire appel à Unia. “C’est une bonne chose. Dans le passé, nous ne pouvions aider que les personnes autour de la négation de l’holocauste. L’extension de la loi nous permet de traiter les signalements liés à d’autres génocides”, ajoute Patrick Charlier qui regrette toutefois qu’Unia n’ait pas été impliqué dans la modification de la loi.

Articles comparables

21 Mars 2019

En 2018, Unia a de nouveau ouvert plus de dossiers sur le racisme

Cette année encore, Unia connait une augmentation du nombre de dossiers liés au racisme. 866 incidents racistes ont été recensés par Unia, contre 782 en 2017. Il s’agit d’une hausse de 11%. « La Belgique n’est pas un pays raciste, mais ici comme ailleurs, les discriminations raciales existent. Notre pays n’a toujours pas adopté de plan interfédéral de lutte contre le racisme », annonce Patrick Charlier, directeur d’Unia. Le 21 mars est la journée internationale de lutte contre le racisme. 

28 Novembre 2018

En Belgique, la couleur de peau est toujours un obstacle

En Europe, les personnes d’origine africaine sont encore trop souvent victimes de discriminations et de harcèlement en raison de la couleur de leur peau. Ce constat ressort d’une étude menée auprès de 6 000 personnes noires dans divers Etats membres de l’Union européenne par la FRA, l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne. En Belgique également, la situation de ce groupe de population reste inquiétante, comme le rélève Unia.