#ÉgauxEnBelgique?

L'égalité est un droit fondamental. Pas une faveur, pas un mérite. En Belgique, la discrimination est interdite. Mais les lois offrent-elles une protection suffisante? Les mentalités ont-elles évolué au même rythme que la législation antiracisme et antidiscrimination? Une société plus égale et inclusive est-elle réellement un idéal partagé? Débat sur les réseaux sociaux (#EgauxEnBelgique? sur Twitter et Facebook).

Cinq thématiques seront abordées tout au long de la semaine du 29 février, une semaine après le lancement d’Unia.

A travers des infographies et des chiffres-clés extraits d'une série d'études réalisées ces dernières années (à l'initiative d'Unia et/ou des pouvoirs publics), Unia prend le pouls d'une société qu'on qualifie aujourd'hui de "super diverse".

- emploi
- regard sur l'autre
- regard sur la société
- enseignement
- logement / mobilité

Suivez  #EgauxEnBelgique? pour participer au débat.

Égaux dans l'emploi ?

Sommes-nous tous traités avec égalité sur le marché de l’emploi ? La réponse est non, de nombreux demandeurs d’emploi et travailleurs restent toujours exclus du marché du travail, sont recrutés pour des emplois mal rémunérés et précaires, subissent harcèlements et menaces à cause notamment de leur handicap, origine, âge, homosexualité ou de leurs convictions religieuses ou philosophiques.

Deux études-phares commanditées par Unia abordent les questions de participation et de discrimination dans le secteur de l’emploi :

- Le 'Baromètre de la diversité: Emploi'
- Le 'Monitoring Socio-économique'

Des tests de comportement  indiquent notamment que les personnes de plus de 45 ans et les personnes d’origine étrangère courent un risque considérable de discrimination au moment de l’invitation à un entretien d’embauche. 75% des personnes d’origine étrangère interrogées disent par ailleurs avoir été victime de discrimination au moins une fois durant leur recherche d’emploi.

Quant au handicap, 47% des Belges pensent qu’un handicap aura une influence négative sur le recrutement d’un candidat et 70% des responsables RH disent que l’état de santé du candidat a un impact sur la sélection finale. 81% des Belges sont toutefois d’accord pour que des mesures spécifiques soient prises en faveur des personnes handicapées dans le domaine professionnel, par exemple : application d’horaires adaptés, mise en œuvre de procédures spécifiques de recrutement, etc.

Les travailleurs homosexuels expliquent quant à eux comment ils mettent en œuvre des stratégies de vigilance ou d’évitement pour éviter que leur orientation sexuelle soit sujette à des réflexions discriminantes.

La discrimination ne se manifeste pas seulement lors de la phase de recrutement, mais aussi durant l’exercice du contrat de travail.

Comment réagir en cas de discrimination ?

Dans la brochure 'Discriminations sur le marché d'emploi' Unia explique les droits de chacun face à des situations de discrimination dans l’emploi et les démarches pouvant être entreprises.

Autres études de référence

- 'Le recrutement de personnes avec un handicap dans la fonction publique'
- 'Discrimination et désaffiliation des jeunes issus de l'immigration'
- 'Trop jeune – Trop vieux - Stéréotypes et préjugés relatifs à l’âge au travail'
- 'La diversité culturelle sur le lieu de travail'
- 'Situation des lesbigays dans le monde du travail' & 'Ouvriers et homosexuels'

Regard sur l'autre

La question de la diversité occupe une place chaque fois plus centrale dans notre société. Notre regard sur « l’autre » a-t-il pour autant évolué ?  

Nos opinions se construisent généralement autour d’idées toutes faites ou de croyances fortement partagées que l’on colle à certaines personnes. Chacun a des stéréotypes qui  peuvent conduire à enfermer l’autre dans des schémas limités.

Les stéréotypes sont souvent, mais pas automatiquement, négatifs. Lorsqu’on dit que « les noirs sont de bons danseurs » ou que « les japonais sont polis », on s’enferme aussi dans des généralisations simplistes. L’effet est souvent de surestimer son groupe et d’inférioriser les autres (« nous valons plus qu'eux »). Les stéréotypes contribuent donc à maintenir un certain statu quo social.

Un stéréotype peut aussi évoluer vers un préjugé négatif et se traduire par des comportements de rejet plus ou moins graves : discrimination, discours et délits de haine. Ceux-ci sont interdits par la loi. Ces stéréotypes peuvent aussi influencer et enfermer les personnes ou les groupes visés : des lesbigays s’autocensurent, des jeunes se comportent selon la perception que l’on a d’eux,…  

Les stéréotypes sont puissants, ancrés dans le quotidien, souvent renforcés par les médias ou la publicité, et particulièrement difficiles à faire évoluer. La prise de conscience de ces stéréotypes passe donc par un travail collectif et individuel.

Quelques études de référence

- Quelle perception les Belges ont-ils des minorités ethniques (Sondage sur la tolérance)
- Quelle perception les minorités ethniques ont-elles de la Belgique
- Sondage d’opinion : Trop jeune ? Trop vieux ?
- Beyond the Box
- Études externes : Eurobaromètres : La discrimination dans l’Union européenne en 2012 & La discrimination dans l’Union européenne en 2015

Agir ?

- Discriminé-e ? Harcelé-e ? Agressé-e en raison d’une caractéristique personnelle, telle que votre origine, votre orientation sexuelle, votre handicap ou état de santé, votre âge, votre religion, vos ressources financières, …
- Témoin d’une discrimination ?
- Des questions sur vos droits ?

Contactez Unia

Regard sur la société

Notre société n’est pas blanche, masculine, chrétienne et hétérosexuelle, mais multiple, multiculturelle, multiconfessionnelle. Cela engendre des questions, de la méfiance et parfois des manifestations de rejet, entre la majorité et les minorités, mais aussi au sein de la majorité ou des minorités. Il peut arriver à chacun d’être discriminé, il peut arriver à chacun de discriminer.  

Une différence de traitement à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes peut prendre

des aspects très différents. Cela commence, le plus souvent, par des généralisations et des stéréotypes, et peut mener à une différence de traitement, voire parfois à des comportements de haine. La quasi-totalité des aspects du vivre ensemble sont concernés.

La lutte contre la discrimination a assurément progressé sur le plan juridique (lois Antiracisme, Antidiscrimination, mariage et adoption pour les couples homosexuels, ratification de la Convention des Nations unies sur des droits des personnes handicapées,…). Mais chaque évolution juridique s’accompagne de résistances, voire de remise en cause lorsque l’actualité est plus tendue. 

L’acceptation et la prise en compte de la différence sont pourtant fondamentales  pour la cohésion sociale et nécessitent un engagement de toutes les composantes de la société, sans exclusive.

Études externes :

- Eurobaromètres : La discrimination dans l’Union européenne en 2012 et La discrimination dans l’Union européenne en 2015                                                     

- Rapport parallèle - Convention des Nations Unies relative aux Droits des Personnes handicapées                            

- Consultation des personnes en situation de handicap sur leurs droits fondamentaux : résultats et recommandations

Voir aussi la page « Regard sur l’autre »

Agir ?

Discriminé-e ? Harcelé-e ? Agressé-e en raison d’une caractéristique personnelle, telle que votre origine, votre orientation sexuelle, votre handicap ou état de santé, votre âge, votre religion, vos ressources financières,… Témoin d’une discrimination ? Des questions sur vos droits ?

Contactez Unia

Enseignement

L’école devrait être le lieu de tous les possibles. Un lieu ouvert à la différence, à l’interculturalité et en faveur de l’inclusion de chacun. Or, à l’image de la société, l’école peut aussi être source d’inégalités et de discriminations envers certaines catégories de jeunes en raison notamment de leur handicap, origine, homosexualité ou de leurs convictions religieuses ou philosophiques.

La ségrégation est une réalité dans l’enseignement belge. On a évoqué le cas des élèves handicapés majoritairement orientés vers l’enseignement spécialisé, mais cela concerne également un nombre anormalement élevé d’enfants de Roms. C’est l’ensemble du système scolaire qui conforte les inégalités entre enfants, sur base de l’origine ethnique et sociale le plus souvent. Chaque année 10% environ des signalements reçus par Unia concernent l’enseignement mais on sait qu’il ne s’agit que du sommet de l’iceberg.

Les discriminations sont très nombreuses. Quand elles ne sont pas générées par l’école elle-même, qui refuse, par exemple, d’inscrire des élèves présentant des troubles de comportement ou à mobilité réduite, elles prolifèrent dans les relations entre élèves et enseignants ou entre élèves. Les enfants et les jeunes dits « trop gros », « trop pauvres », « typés », « homos » sont l’objet de harcèlement en tout genre. Échecs scolaires, décrochages, suicides et tentatives de suicides sont les conséquences plus ou moins directes de ces comportements trop rarement identifiés et sanctionnés.

Outre les interventions ponctuelles dans les écoles et le traitement des signalements, Unia  s’est déjà investi dans plusieurs actions phares avec les acteurs de l’enseignement. Mais le constat dominant est celui d’une institution scolaire qui a du mal à s’adapter aux problèmes des élèves les plus défavorisés ou « pas dans la norme ».

Unia est notamment régulièrement sollicité sur la question du port de signes convictionnels/religieux et sur celle des aménagements raisonnables pour les élèves/étudiants avec un handicap.

Publications de référence

- À l'école de ton choix avec un handicap
- Après l’emploi et le logement, Unia  va consacrer son prochain Baromètre de la diversité au secteur de l’enseignement. Les résultats sont attendus pour 2017.

Logement & mobilité

Le logement, tout comme l’éducation et l’emploi, est un droit fondamental qui favorise l’épanouissement, le bien-être et l’intégration de chaque individu dans la société.

L’accès à un logement décent est consacré par l’article 23 de la Constitution belge, mais il reste difficile pour de nombreuses personnes à cause : de l’évolution des prix du marché, de l’offre publique insuffisante, du manque de logements adaptés, de l’insalubrité, … et des discriminations.

Pour les personnes avec un handicap, trouver un logement adapté n’est pas le seul défi. Encore faut-il pouvoir se déplacer dans le quartier et au-delà. Les transports en commun restent peu adaptés, de manière générale, aux personnes à mobilité réduite. Or les adaptations des bus, des trains et des arrêts  bénéficient à un très grand nombre de personnes : personnes handicapées, âgées, femmes enceintes, personnes blessées,…

La mixité des quartiers reste donc un concept plutôt qu’une réalité, malgré quelques expériences de terrain concluantes.

Études de référence

- Baromètre de la diversité Logement
- Diversité et discrimination dans le logement social

Comment agir ?

La discrimination au logement : informations aux locataires, propriétaires et professionnels du secteur

Restez informé-e

Restez informé-e de nos différentes activités :

Suivez-nous sur :