Discriminer le personnel soignant n’a pas sa place dans une société solidaire

7 Avril 2020
Domaine d'action: Vie en société
Critère de discrimination: Autres critères

Unia s’indigne des comportements discriminants à l’égard des infirmiers, des médecins et de tout le personnel soignant. Ils sont aujourd’hui en première ligne dans la lutte contre le coronavirus et ont donc besoin de notre soutien à tous. Nous avons rappelé aux syndicats des propriétaires et des locataires que ces comportements sont interdits par la loi. 

La plupart des citoyens soutiennent et encouragent les personnes qui travaillent dans le monde médical (applaudissement, draps aux fenêtres, services rendus, démonstrations sur les réseaux sociaux...). Toutefois, il existe des exceptions à cette solidarité. Une aide-soignante à qui on demande de ne pas garer sa voiture dans le quartier. Un infirmier à qui on impose de porter des gants lorsqu’il entre dans son immeuble. D’autres soignants qui sont encouragés à déménager le plus rapidement possible, voire expulsés de leur logement. Unia a répertorié de nombreux cas de membres du personnel soignant qui sont stigmatisés ou même harcelés par leurs voisins et colocataires.  

"Ces comportements n’ont pas leur place dans une société où la solidarité doit prévaloir. Nous sommes conscients que nous traversons une période tout à fait exceptionnelle et que chacun cherche à se protéger au mieux contre ce virus. Cependant, la stigmatisation et la ségrégation du personnel soignant n’ont pas lieu d’être. Ne tombons pas dans ce piège-là", insiste Patrick Charlier, directeur d’Unia.  

Unia a envoyé une lettre aux syndicats des propriétaires et des locataires. Nous leur avons rappelés que ces comportements peuvent être punissables par la loi. Nous les encourageons fortement à partager cette information. 

Des comportements interdits par la loi 

Il est interdit d’exiger le départ d’un locataire juste parce qu’il est membre du personnel soignant et ce, même si un propriétaire entend protéger les autres locataires d’une éventuelle contamination. On peut parler de discrimination directe sur base de l’état de santé actuel ou futur, que la personne soit effectivement porteuse du virus ou non.   

Afficher des invitations à déménager sur la porte des membres du personnel soignant ou les distribuer au sein des immeubles et des quartiers, peuvent être des incitations à la discrimination ou du harcèlement. C’est également interdit par la loi.

Discriminé·e parce que vous luttez contre le coronavirus ?

Quels comportements sont interdits par la loi? Quels sont vos droits ? Que pouvez-vous faire ? Unia vous explique la loi et comment réagir concrètement.

Articles comparables

24 Novembre 2020

L’usage de la violence dans les conflits entre communautés n’est pas une option

Le tribunal correctionnel de Gand s'est prononcé ce 16 novembre 2020 dans l’affaire relative à l'association Fedactio. Les prévenus, d'origine turque, étaient jugés pour avoir posté sur les médias sociaux des messages incitant à la haine et à la violence, pour avoir tagué et endommagé un bâtiment de l'asbl Fedactio, une organisation coupole des associations du mouvement Gülen en Belgique. Cela s'est produit après que le président turc Erdogan et ses partisans, suite à l'échec d'une tentative de coup d'État en 2016, aient appelé à poursuivre et à agresser les adeptes du mouvement Gülen. Cet appel a, hélas, également été entendu en Belgique.    

16 Mars 2021

Les ex-adeptes d’une religion ne peuvent être exclu·e·s ou rejeté·e·s, estime un juge en vertu de la loi antidiscrimination

Une communauté religieuse ne devrait jamais soumettre ses membres apostats à une « politique d'exclusion », qui a souvent des conséquences néfastes sur les liens familiaux des personnes concernées. Dans ce contexte, le tribunal de première instance de Gand a condamné aujourd'hui l'asbl Congrégation Chrétienne des Témoins de Jéhovah à une amende de 96 000 euros pour incitation à la discrimination et à la haine à l'encontre d'anciens adeptes.