Unia et le Service de lutte contre la pauvreté demandent aux hautes écoles et universités une attention particulière pour les groupes vulnérables

24 Avril 2020
Domaine d'action: Enseignement
Critère de discrimination: Tous les critères

Les étudiants ne sont pas tous égaux en confinement. La situation difficile des étudiants issus de groupes vulnérables doit être prise en compte pour éviter qu'ils abandonnent leurs études lors de la prochaine session d'examen. Unia et le Service de lutte contre la pauvreté demandent donc aux hautes écoles et aux universités de prendre en compte tous les étudiants dans leurs méthodes d'évaluation.  

Le confinement n'est pas non plus une période facile pour les étudiants des universités et des hautes écoles. Les bibliothèques et les universités sont fermées, et certains étudiants ne disposent pas d'un espace séparé à la maison pour étudier ou sont distraits par de plus jeunes frères et sœurs. D'autres étudiants n'ont pas les moyens techniques de suivre de manière optimale tous les cours disponibles en ligne. 

Les groupes vulnérables ont plus de mal à étudier chez eux

Unia et le Service de lutte contre la pauvreté ont recueilli les préoccupations de certains étudiants et organisations. "Des universités et hautes écoles veulent organiser en juin les examens oraux via une webcam. À première vue, cela peut sembler être une bonne solution, mais nécessite une connexion internet de qualité, un équipement informatique et un espace privé pour passer son examen seul·e et en toute tranquillité. Ce n'est malheureusement pas le cas de tous les étudiants", souligne Patrick Charlier, directeur d'Unia. "Ces étudiants font face à un stress supplémentaire, ce qui les empêche de commencer leurs examens avec les mêmes chances de réussite que d’autres."

Des examens égaux pour tous

De nombreuses universités et hautes écoles ont déjà mis en place des mesures pour tenir compte de la situation difficile de certains étudiants, en mettant au centre de leurs préoccupations l'intérêt général de tous les étudiants. Unia et le Service de lutte contre la pauvreté saluent ces initiatives. Nous recommandons également aux universités et aux hautes écoles :

  • de consulter des organisations proches des groupes vulnérables ;
  • d'impliquer leurs services sociaux dans une politique spécifique et de leur apporter un soutien complémentaire ;
  • de prendre des mesures qui apportent une aide complémentaire aux étudiants qui vivent dans des conditions difficiles (dès maintenant, mais aussi après la crise corona) ;
  • d'harmoniser autant que possible les mesures relatives à l'organisation des examens dans les différentes universités et facultés. 

Henk Van Hootegem, coordinateur du Service de lutte contre la pauvreté rappelle que "durant la période actuelle, il est plus important que jamais de porter son attention sur les étudiants issus des groupes vulnérables. Les universités et les hautes jouent ainsi un rôle essentiel pour garantir à chaque étudiant·e d’avoir d’égales chances en matière d’enseignement et d'obtention de son diplôme."

Lire aussi 

Articles comparables

19 Novembre 2020

Combattre la discrimination et la haine : un rôle tant pour la justice que pour toute la société

La question des délits de haine est au cœur des préoccupations politiques, judiciaires et policières depuis longtemps. Néanmoins, on constate dans ces matières un taux élevé de classement sans suite au niveau judiciaire. Il est également connu que les victimes de ce type de faits sont parfois réticentes à entreprendre des démarches pour faire valoir leurs droits.

12 Novembre 2020

Unia promeut le vivre-ensemble même pendant le coronavirus

La crise du Covid qui sévit dans notre pays a alimenté une méfiance mutuelle parmi la population. « Nous constatons une forte tendance à culpabiliser ou à désigner des boucs émissaires », déclare Patrick Charlier, directeur d'Unia. « Nous devons contrer  cette tendance qui ne profite à personne et au contraire soutenir les nombreuses formes de solidarité que cette pandémie a également fait apparaitre. Le Covid n’est pas encore derrière nous. Nous devons apprendre à vivre avec ce virus sans détruire le liant de notre société. »